Plan d’investissement en compétences

 

Mme la présidente, Monsieur le délégué spécial,

Le Plan d’investissement compétences était le volet plus favorable d’une réforme par ailleurs funeste pour l’apprentissage et la valorisation des métiers en France.

Nous avons constaté ensemble que les engagements pris par le gouvernement sont aujourd’hui à moitié tenus, puisque

  • nous restons dans l’incertitude quant à la mise en œuvre financière du PIC, et à cet égard vous avez bien fait de ne rien signer à date là où d’autres région comme les Pays de Loire ont déjà avancé ;

 

  • les informations dont nous disposons à date laissent à croire que la Région devra non seulement puiser dans ses deniers mais post-financer à l’instar du FSE, et se doter de moyens administratifs supplémentaires pour suivre la mise en œuvre. Autant dire qu’on est loin de ce que nous avions envisagé, ou de ce qui avait été mis en œuvre avec le plan 500 000. Précisons que les premiers bilans du Plan 500 000 sont globalement positifs, même si nous voulons plus de qualité pédagogique en matière de formations que ce que nous avons fait à l’occasion du Plan 500 000. Nous le mesurerons dans les chiffres et de manière qualitative par l’impact sur les parcours professionnels.

Je l’ai dit,  nous sommes au milieu du gué — pourtant les opportunités sont toujours là. Je me réfère aux besoins causés par les

travaux du Grand Paris Express ; je me réfère aussi aux opportunités liées à la transition écologique, pour ne citer que cela.

Il nous est demandé de pré-valider la mise en œuvre et la signature d’un accord à venir avec l’Etat par l’exécutif régional.

Vous comprendrez que dans circonstances actuelles nous souhaitons que les élus de notre conseil soient consultés sur le détail de ce PIC en Ile de France.

Nous le souhaitons parce que nous savons que l’Ile de France a profondément besoin d’une vision stratège, de long terme sur les métiers, qui ne réfléchit pas qu’aux tensions actuelles mais à préparer l’avenir. De ce point de vue nous attendons davantage de votre majorité en termes de pilotage stratégique pour notre économie, pour l’emploi et pour le développement durable en Ile de France.